lieue


lieue

lieue [ ljø ] n. f.
• 1080; lat. leuca, d'o. gaul.
1Ancienne mesure itinéraire (env. 4 km). Loc. À vingt, cent lieues à la ronde : dans un large rayon. Les bottes de sept lieues (du Petit Poucet),qui permettaient de parcourir 7 lieues en une enjambée. Être à cent (à mille) lieues de (penser, imaginer qqch.) : être très loin de. J'étais à cent lieues de le soupçonner.
2Mar. Lieue marine : vingtième partie du degré équinoxial qui vaut 3 milles marins ou 5555,5 mètres. « Vingt mille lieues sous les mers », roman de J. Verne.
⊗ HOM. Lieu.

lieue nom féminin (bas latin leuca, d'origine gaulois) Ancienne mesure linéaire, de longueur variable. Vieux. Distance indéterminée : Il n'y a pas d'essence à vingt lieues à la ronde. Grande distance : Approchez, ne vous tenez pas à une lieue de moi.lieue (expressions) nom féminin (bas latin leuca, d'origine gaulois) Être à cent, mille lieues de, être fort éloigné de : J'étais à cent lieues de le croire coupable. Lieue kilométrique, lieue de 4 km. Lieue marine, vingtième partie du degré compté sur un grand cercle de la Terre, soit trois milles marins ou environ 5,556 km. Lieue de poste, lieue de 3,898 km, soit 2 000 toises anciennes. Lieue de terre ou lieue commune, vingt-cinquième partie de la longueur d'un degré compté sur un grand cercle, c'est-à-dire de 4,445 km. ● lieue (homonymes) nom féminin (bas latin leuca, d'origine gaulois) lieu nom masculin

lieue
n. f.
d1./d Lieue marine: vingtième partie du degré méridien, soit 5,555 km.
d2./d Fig. être à cent, mille lieues de: être très éloigné de. J'étais à cent lieues d'imaginer une telle réaction.

⇒LIEUE, subst. fém.
A. — Mesure de distance approximativement égale à quatre kilomètres, en vigueur avant l'adoption du système métrique et variable selon les régions ou les domaines dans lesquels elle était usitée. Lieue de Paris, lieue royale d'Espagne. La terre est à dix millions de lieues de Vénus, et à trente-quatre millions du soleil (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 351). De Lorch à Bingen il y a deux milles d'Allemagne, en d'autres termes, quatre lieues de France, ou seize kilomètres dans l'affreuse langue que la loi veut nous faire (HUGO, Rhin, 1842, p. 154) :
1. On avait gardé l'usage de compter les distances itinéraires en lieues gauloises et non en milles romains. Le mot leuga « lieue », transformé en legua, devint lègue dans le Midi et en Bourgogne lieue [it. ds le texte] ou lève dans le Nord de la France.
L'Hist. et ses méth., 1961, p. 693.
Lieue carrée. Aire d'un carré ayant une lieue de côté. Sept cent mille hommes sur un espace de deux lieues carrées (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 47). Il faut, pour une association de 1500 à 1600 personnes, un terrain contenant une forte lieue carrée, soit une surface de six millions de toises carrées (FOURIER ds Doc. hist. contemp., 1821, p. 159).
Lieue de pays. Lieue différant le plus souvent de la lieue commune (v. infra) et qui était en usage dans le pays ou la contrée dont il est question. Il ne nous restait que quatre lieues à faire, mais des lieues de pays sur un chemin détestable (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 31). Le soleil était déjà assez haut monté sur l'horizon qu'on n'avait fait que deux lieues, des lieues de pays, il est vrai, aussi longues qu'un jour sans pain (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 49). V. infra ex. 2.
Lieue de poste. Mesure de distance valant 3.898 mètres. À partir de Semlin, les lieues de poste s'appellent lieues de chameau; pour quelques sous par jour, on peut monter sur ces animaux (NERVAL, Lorely, 1852, p. 38) :
2. ... je leur ai répondu (...) que la comète ne leur ferait aucun mal, non plus qu'à l'univers : je leur ai donné, au surplus, ma parole la plus sacrée qu'elle était éloignée de la terre de plus de cinquante-quatre millions de lieues de poste (car nous avons nos lieues de pays qui sont le double plus longues); et je me suis trouvé d'accord sur ce point, à une demi-lieue près, avec M. Burkhart, membre de l'Institut de France.
JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p. 212.
Bottes de sept lieues.
MAR.-GÉOGR.
Lieue commune (LITTRÉ), lieue de terre (Lar. Lang. fr., Lexis). Vingt-cinquième partie du degré terrestre soit 4 445 mètres. À cinq heures du soir, nous n'étions qu'à trois lieues de terre, par quarante brasses, fond de vase (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 141). De Fécamp à Virville on comptait au moins vingt lieues; et vingt lieues de terre pour des paysans sont plus difficiles à franchir que l'océan pour un civilisé (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Mais. Tellier, 1881, p. 1184).
Lieue marine ou lieue géographique. Vingtième partie du degré terrestre et valant trois milles soit 5.555 mètres. Ce pirate colombien n'avait plus que quelques centaines de lieues marines à faire pour être à jamais à l'abri des représailles (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 34). Je savais (...) le nombre exact de verstes ou de lieues marines que donneraient ses cheveux noués bout à bout (GIRAUDOUX, Siegfried et Lim., 1922, p. 130) :
3. ... traverser ensuite, le plus promptement possible, le grand océan sur un espace de plus de 120 degrés de longitude, ou près de deux mille quatre cents lieues marines, parce qu'entre les tropiques, les degrés diffèrent peu de ceux du grand cercle.
Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 215.
Adverbialement. Une/plusieurs lieue(s) à la ronde. Dans un rayon d'une/plusieurs lieue(s). Autrefois la chapelle était au milieu de la forêt (...) on y venait en pèlerinage de cent lieues à la ronde (FEUILLET, Scènes et com., 1854, p. 214) :
4. ... il en jouait [du biniou] du moins avec une violence telle, il en tirait des sons si longuement prolongés, si perçants, et qui déchiraient avec tant d'aigreur l'air sonore et calme de la nuit, que je ne m'étonnais plus, en l'écoutant, que le bruit d'un pareil instrument nous fût parvenu de si loin; à une demi-lieue à la ronde, on pouvait l'entendre...
FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 12.
B. — P. ext., et souvent p. hyperb.
1. Petite distance indéterminée, mais qui paraît grande. Je vois comme un ver luisant, à une lieue de nous (MÉRIMÉE, Théâtre Gazul, 1825, p. 88). De chapiteaux massifs où des bêtes hybrides Sur leurs trompes en l'air tenaient des pyramides. Des frontons d'une lieue allaient se prolongeant (DIERX, Lèvres cl., 1867, p. 171) :
5. LA BARONNE : Cécile, venez donc un peu ici; vous vous tenez à une lieue. Cécile approche son fauteuil. Est-ce que vous n'avez rien à me dire, ma chère?
MUSSET, Il ne faut jurer, 1840, II, 2, p. 139.
2. Souvent au plur. Distance grande ou indéterminée, mais qui paraît grande. Je vis lever le soleil sur le golfe, sur la campagne et sur la ville éblouissante de Naples. Je fus insensible et froid à ce spectacle que tant de voyageurs viennent admirer de mille lieues (LAMART., Confid., Graziella, 1849, p. 240). Ce terrible artiste [Le Tintoret] a couvert des lieues murales de sa peinture (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 477) :
6. Le brouillard était épais comme une soupe. Dans ce haut quartier désolé de bois sauvages et de terres vagues, on se sentait à cent lieues des personnes.
POURRAT, Gaspard, 1931, p. 230.
C. — Au fig.
Être à cent lieues/à mille lieues. Ne pas être présent par l'esprit; être comme absent. Il n'écoute pas, il est à mille lieues d'ici (Ac. 1835-1935).
(Être) à cent/mille lieues de + compl. (Être) très éloigné de.
♦ [Le compl. est un subst.] Les événements de la nuit étaient à mille lieues de sa mémoire (STENDHAL, Abbesse Castro, 1839, p. 159). Gabrielle : Je ne dois pas être à cent lieues de la vérité! (BERNSTEIN, Secret, 1913, I, 6, p. 8). Tout cela était chimère, un rêve de fou, à mille lieues du possible (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 77).
♦ [Le compl. est un inf.] Et il s'en fut dans la tour carrée où je le suivis. J'étais à cent lieues de deviner à quoi il pensait (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 85). Même quand je regardais les choses, j'étais à cent lieues de songer qu'elles existaient : elles m'apparaissaient comme un décor (SARTRE, Nausée, 1938, p. 162) :
7. Christophe, entraîné par les ouvriers, s'était jeté dans la bagarre, sans savoir qui l'avait causée. Il était à cent lieues de penser qu'Olivier s'y trouvait mêlé. Il le croyait bien loin déjà, tout à fait à l'abri.
ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1324.
Sentir, flairer qqn, qqc. d'une lieue. Deviner, pressentir la présence, l'arrivée de quelqu'un, de quelque chose à une certaine distance. Il n'oubliait point les renards... Ceux-ci étaient ses ennemis jurés. (...) il les pourchassait avec acharnement. De la cuisine même, toutes portes fermées, le soir, occupé à broyer un os, il les devinait, il les sentait d'une lieue (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 169) :
8. Le docteur dit : « Ah! je l'avoue, personne n'a l'esprit plus sybarite que moi. J'endurerai avec patience la conversation d'un paysan idiot, d'un crocheteur ivre, d'un matelot à l'hôpital, d'une vieille femme malade, enfin une bête tant qu'il vous plaira, mais un sot, jamais! je flaire le sot d'une lieue ».
VIGNY, Journal poète, 1844, p. 1220.
Sentir le, la, son, sa (...) d'une lieue. Laisser deviner facilement ses origines, sa nature, ses desseins par son aspect, son comportement. À qui diantre en veut ce baragouineur d'Italien? Le voilà qui nous quitte pour aborder un autre groupe. Il sent l'espion d'une lieue (MUSSET, Fantasio, 1834, I, 2, p. 184). L'aînée, qui était muette, babille maintenant sans cesse, mord et jappe sous l'aile de son mari : personne n'a le compliment plus venimeux; ses répliques sentent d'une lieue Figaro et Dorine (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 80) :
9. Ses jambes grêles, mais nerveuses, s'épanouissaient dans de magnifiques bas de coton mouchetés, qui sentaient d'une lieue la contrebande anglaise.
DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 46.
Prononc. et Orth. : [ljø]. Homon. lieu. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 liue « mesure de distance » (Roland, éd. J. Bédier, 688); 1704 lieue marine (Trév.); 2. 1671 sert à indiquer une grande distance (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., 18 févr. éd. R. Duchêne, t. 1, p. 163 : Ce qui a rapport à vous de cent lieues loin m'est plus agréable qu'autre chose); 3. 1775 p. exagér. « distance inférieure à une lieue, mais qui paraît très grande » (BEAUMARCHAIS, Le Barbier de Séville, III, 11 ds LITTRÉ). Du lat. leuca, leuga, donné comme mot gaulois par les auteurs latins, v. TLL t. 7, 2, col. 1196, 76. Fréq. abs. littér. : 3 869. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 11 511, b) 6 311; XXe s. : a) 2 876, b) 1 518.

lieue [ljø] n. f.
ÉTYM. 1080; du lat. leuca, d'un mot gaulois, selon les auteurs latins.
1 Anciennt. Mesure itinéraire variant selon les pays et les régions et qu'on évalue aujourd'hui à 4 kilomètres environ.REM. Au sens propre, lieue reste utilisé jusqu'au XXe s.; il est vieux ou littéraire de nos jours (→ Kilomètre). || Faire 160 lieues (→ Excursion, cit. 2). || Quart, demi-quart de lieue (→ Bourbeux, cit. 1; front, cit. 27). || Une lieue à la ronde (→ Cerbère, cit. 2).Allus. littér. Les bottes de sept lieues, que le Petit Poucet vola à l'Ogre.
0.1 D'ancienneté, les pays n'estoyent distinctz par lieues, miliaires, stades, ny parasanges, jusques à ce que le roy Pharamond les distingua, ce que feut faict en la manière que s'ensuyt. Car il print dedans Paris cent beaulx et jeunes gallans compaignons bien delibéréz et cent belles garses picardes (…) leur faisant commandement qu'ilz allassent en divers lieux par cy et par là et, à tous les passaiges qu'ilz biscoteroyent leurs garses, que ilz missent une pierre, et ce seroit une lieue.
Ainsi les compaignons joyeusement partirent, et, pource qu'ilz estoient frays et de séjour, ilz franfreluchoient à chasque bout de champ, et voylà pourquoy les lieues de France sont tant petites. Mais quand ilz eurent long chemin parfaict, et estoient jà las comme pauvres diables (…) ilz ne belinoyent si souvent et se contentoyent bien (j'entends quand aux hommes) de quelque meschante et paillarde foys le jour. Et voylà qui faict les lieues de Bretaigne, de Lanes, d'Allemaigne et aultre pays plus esloignéz si grandes.
Rabelais, Pantagruel, Pl., p. 290.
1 Comme la chose presse beaucoup, il a voulu que je prisse ses bottes de sept lieues que voilà, pour faire diligence (…)
Ch. Perrault, Contes, « Le petit Poucet ».
2 (…) Pacy, qui en est éloigné (d'Évreux) de cinq ou six lieues.
Abbé Prévost, Manon Lescaut, I, p. 5.
3 La lieue a quelque chose de plus souple que le kilomètre. Quelque chose de plus allant, de plus paysan, de plus terreux (…) Elle était l'unité itinéraire de notre enfance. Elle était l'unité itinéraire de l'ancienne France.
Ch. Péguy, Note conjointe, Sur Descartes, p. 314.
4 Il lui semblait qu'elle avait franchi des lieues et qu'elle était à la fin d'une étape difficile.
J. Green, Léviathan, II, V.
2 Loc. Vieilli. À cent, à mille lieues : très loin (→ Ahurissement, cit. 1). || Un petit coin (cit. 20) à mille lieues de la ville. — ☑ Loc. fig. (Mod.). Être à cent lieues, à mille lieues (d'une chose ou d'une personne), en être très éloigné. || Être à cent, à mille lieues de (suivi d'un infinitif). || J'étais à cent lieues de supposer cela.
Sentir (le, la ou son, sa, etc., suivi d'un nom) d'une lieue : laisser deviner ses intentions, son caractère en montrant des défauts, des travers typiques.
5 Un vieux renard, mais des plus fins,
Grand croqueur de poulets, grand preneur de lapins,
Sentant son renard d'une lieue (…)
La Fontaine, Fables, V, 5.
6 (…) je suis à mille lieues de l'hydropisie, il n'en a jamais été question (…)
Mme de Sévigné, Lettres, 526, 22 avr. 1676.
Loc. || Lieue kilométrique : lieue de 4 km exactement.Lieue de poste : lieue de 2 000 toises, soit 3 898 m.Lieue de terre, lieue commune, de 4 445 m.
3 Mar. || Lieue marine : vingtième partie du degré d'un grand cercle de la terre qui vaut 3 milles ou 5 555,5 mètres. || La lieue marine est une mesure peu employée. || Vingt mille lieues sous les mers, roman de J. Verne.
HOM. 1. Lieu, 2. lieu.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lieue — LIEUE. s. f. Espace de terre consideré dans sa longueur, servant à mesurer le chemin & la distance d un lieu à un autre; & contenant plus ou moins de pas geometriques, selon le different usage des provinces & des pays. Les plus petites lieuës… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • lieue — LIEUE: On fait plus vite une lieue que quatre kilomètres …   Dictionnaire des idées reçues

  • lieuë — Lieuë, Une lieuë, Duo millia passuum, Duo milliaria. Les Barbares ont accoustumé dire Una leuca. Semble que le tout vienne de {{t=g}}léukê,{{/t}} c est à dire, Candida siue alba: quod locorum interualla quondam petris et lapidibus candidis… …   Thresor de la langue françoyse

  • Lieue — (spr. ljö), die französische Meile, früher in verschiedener Größe. Man unterscheidet eine L. zu 18, eine L. marine zu 20 und eine L. géographique oder die alte L. de France zu 25 auf den Äquatorgrad …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lieue — (spr. lĭöh), altes franz. Wegmaß: die gewöhnliche L. = 4,45, die mittlere L. = 5,008, die See L. = 5,565, die Post L. = 3,898 km …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Lieue — Lieue, eine französische Meile, von denen zu Lande 5, zur See 4 auf eine deutsche oder geographische Meile gerechnet werden. Lilie Eine äußerst reiche Pflanzengattung (Coronarien), mit schuppigen, zapfenähnlichen Zwiebeln und herrlichen Blumen.… …   Damen Conversations Lexikon

  • Lieue — (liöh), die französ. Meile = 1/25 Grad des Aequators, eine Stunde …   Herders Conversations-Lexikon

  • Lieue — 〈[liø:] f.; Gen.: , Pl.: s〉 altes französ. Längenmaß, französ. Meile [Etym.: frz., »Wegstunde«] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • lieue — (lieû) s. f. 1°   Mesure itinéraire qui ne représente pas une longueur toujours la même, et en place de laquelle on compte aujourd hui officiellement par kilomètres. Une demi lieue. Un quart de lieue. Une bonne lieue. •   Et l on ne songe plus …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • LIEUE — s. f. Mesure itinéraire, dont l étendue varie selon les provinces, selon les pays. La lieue commune de France est de deux mille deux cent quatre vingt deux toises, à vingt cinq lieues par degré. Grande lieue. Petite lieue. Lieue d Allemagne. Une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.